webleads-tracker

5 min

Conteneurisation et Stockage as a Service, place à la simplification et la fluidité 

Le smart provisioning du stockage simplifie l’exploitation de Kubernetes et renforce la mobilité de la donnée dans les systèmes hybrides 

 Les technologies de conteneurisation séduisent beaucoup les DSI et les entités digitales, qui y trouvent matière à surperformer leurs développements applicatifs. Mais les conteneurs recoupent de nombreuses thématiques stratégiques pour l’entreprise et accompagnent notamment l’hybridation du système d’information. Avec Sébastien Hurst, Directeur technique infrastructure chez SCC et Philippe Bouffet, channel technical Manager chez Pure Storage, découvrons les conditions du stockage persistant et son provisionnement intelligent, sous l’angle des systèmes hybrides et des opportunités qu’ils offrent aux entreprises.   

 

Pourquoi les conteneurs représentent-ils, pour l’entreprise, plus qu’une nouvelle façon de faire du développement applicatif ?  

Ce format de mise à disposition de logiciel, souple et pratique, séduit les entreprises. Il permet maintenant de gérer de manière automatique des sujets qui restaient jusqu’ici complexes : la haute disponibilité de l’application ainsi que son déploiement sur plusieurs environnements.  

Il s’adresse donc en premier lieu aux entreprises qui investissent dans le développement web, le développement dans le Cloud, ainsi qu’à toutes celles qui opèrent du replatforming applicatif en vue de porter leurs applications existantes métier vers le Cloud.  

Mais la capacité à déployer, de manière quasi similaire, dans le Cloud comme on premise représente la grande force de la conteneurisation. Elle permet d’imaginer des applications mixtes et profite pleinement aux infrastructures hybrides.  

À terme, l’objectif pour toutes les entreprises disposant d’une expérience Cloud public et Kubernetes sera de reproduire ce même mode de fonctionnement on premise. D’une part parce que le sujet de la maîtrise de la consommation et donc du budget demeure et continue de se concevoir plus aisément en local, dans un datacenter. Et d’autre part parce que le Cloud public est bien mieux adapté aux environnements de test et aux étapes de POC, alors qu’une infrastructure on premise l’est pour la gouvernance de la donnée. À ce titre, la réussite de son hybridation est déterminante.  

 

 

Dans cette mesure, quelles sont les conditions requises pour adopter les technologies de conteneurisation dans une dynamique d’hybridation ?  

Tout d’abord, rappelons que le monde du conteneur ne nécessite pas la virtualisation. Si l’on en parle comme d’une évolution de la virtualisation, c’est à la démocratisation des technologies Cloud qu’on le doit. Mais l’entreprise peut se passer de virtualisation, dont le coût n’est pas neutre, monter ses clusters Kubernetes sur les serveurs d’une infrastructure physique, par exemple convergée, et lui mettre à disposition le stockage nécessaire. C’est même extrêmement intéressant, puisque l’entreprise dispose alors d’un environnement global et autonome, qui lui permet d’assurer le déploiement d’environnements en mode conteneurs dans une logique équivalente à celle des hyperscalers, à laquelle elle est habituée.  

Il devient alors beaucoup plus simple de tester et d’évaluer la faisabilité d’un déploiement sur site ou dans le Cloud, en mode « flip flop », contrairement aux machines virtuelles, dont la taille (bien supérieure à celle des conteneurs) pénalise l’agilité de déplacement entre Datacenter et Cloud. .  

 Du point de vue du stockage, la démarche est la même. La réussite de l’hybridation passe nécessairement par des solutions de stockage vraiment conçues pour le multicloud. L’expérience ainsi reste unique, quels que soient le mode et les plateformes choisis. Les entreprises retrouvent les mêmes types de solutions, avec les mêmes interfaces, le même pilotage, ce qui conduit à une très grande mobilité de la donnée, très facilement et librement.   

 

 

Que signifie concrètement un environnement de stockage conçu pour l’hybridation et le multicloud ?  

Au cœur du développement de l’hybridation, se pose en effet la question du stockage dans le Cloud public, relativement décrié pour des raisons variables, de la sensibilité de la donnée au coût éventuel du stockage.  

Au demeurant et comme on l’a vu, même dans le Cloud les entreprises n’ont pas pour seule option d’adopter les ressources en stockage proposées par les Cloud providers. Elles peuvent maintenant travailler avec beaucoup plus d’efficacité en transposant dans le Cloud public l’architecture matérielle, les performances et la scalabilité que l’on acquiert d’ordinaire on premise, à travers une infrastructure de stockage partagée. Les entreprises obtiennent ainsi d’excellentes performances, une disponibilité accrue grâce à des solutions pleinement redondantes, lesquelles disposent de mécanismes de doubles contrôleurs permettant de servir la donnée quoiqu’il se passe.  

Parce qu’il ne faut pas oublier, au-delà du conteneur et des nouvelles manières de faire du développement applicatif, que le plus important reste la donnée. Or pour la servir et la protéger efficacement, il faut nécessairement du stockage et des solutions de sécurité et de sauvegarde performants. Pour cela, les entreprises se tournent plus volontiers vers des acteurs dont le stockage est la spécialité que vers les Clouds providers. Quant à sa localisation en revanche, elle dépendra principalement des orientations stratégiques, des textes et des règlements, et d’une culture de la data qui varie beaucoup d’un pays à l’autre.  

 

 

En devenant capable de supporter des applications Stateful, la conteneurisation a rendu la question du stockage persistant déterminante. Comment les acteurs du stockage haute performance comme Pure Storage ont-ils mis en pratique ce besoin ?  

Quand on parle de stockage dans le cadre de la conteneurisation, on parle d’abord de protocoles de stockage et de la façon dont on accède au stockage. Des API basées sur le standard CSI (Container Storage Interface) permettent aux acteurs du stockage de se connecter à Kubernetes de façon universelle, pour une mise à disposition dynamique d’un stockage haute disponibilité et persistant aux applications conteneurisées.  

À partir de la mise à disposition de ce standard CSI, Pure Storage a développé une solution puissante visant à apporter un maximum de simplicité aux administrateurs dans l’exploitation au quotidien et l’évolution de la plateforme Kubernetes, jusqu’à automatiser tous les aspects de fourniture de stockage qui exigeaient encore des opérations manuelles avec les API disponibles. Le stockage en tant que service en d’autres termes.  

 

 

Quels sont les points clés d’un stockage persistant performant ?  

Le stockage persistant pour les conteneurs exige de l’intelligence pour l’automatisation, le provisionnement et l’auto-réparation en cas de défaillance d’un composant de l’architecture, mais aussi de l’élasticité pour opérer une consommation du stockage à la demande. C’est tout l’objet d’une couche de virtualisation du plan de contrôle d’un environnement conteneurisé, on premise ou dans le Cloud, comme Pure Service Orchestrator le permet.  

 

 

Comment comprendre le smart provisioning du stockage ?  

Un provisionnement intelligent du stockage vise à garantir la continuité de la portabilité des applications. Le système s’interface avec Kubernetes (et plus généralement avec l’ensemble des solutions conteneurs du marché), s’adapte à de multiples environnements de stockage, fichier ou bloc, gère le provisioning du stockage en fonction des demandes puis récupère automatiquement les données sur un nouveau conteneur provisionné par le système.   

Il opère selon des règles définies à partir de critères de performance et de classes, mais également de politiques de sécurité établies en amont. Cette orchestration du provisionnement permet d’étendre, à la demande et de façon automatisée le stockage persistant au fur et à mesure de la croissance du nombre de conteneurs, ou de réduire la ressource au besoin. Dans le même ordre d’idées, la fonction Transparent Recovery permet de gérer les éventuelles défaillances des pods et de pouvoir redémarrer l’ensemble des données sur les systèmes disponibles, sans rupture.  

Cette couche d’orchestration apporte à la livraison du stockage la même fluidité et la même rapidité que celles que l’on retrouve dans les environnements d’applications conteneurisés. Les développeurs disposent alors d’une expérience similaire à celle du Cloud, réactive et dynamique, avec toute la robustesse et la performance d’une solution de stockage on premise. De quoi garder le rythme ! 

NOUS CONTACTER