webleads-tracker

4 min

Freins et facteurs de réussite des projets innovants dans les entreprises françaises

Un véritable projet « d’innovation » doit conduire à une disruption et ne peut se limiter à un projet d’équipement ou de mise à jour technologique. Mais pour un certain nombre d’organisations, migrer vers Windows 10 ou même déployer un parc de tablettes pour les commerciaux, constitue des projets innovants. Combien d’entre elles ont mené un projet d’objets connectés ou d’automatisation ?

 

Freins et facteurs de réussite

 

L’innovation, un atout pour les entreprises

Les projets innovants naissent le plus souvent de préoccupations de terrain. Introduire l’innovation dans sa stratégie d’entreprise, c’est avant tout améliorer le quotidien des équipes, leur productivité, devenir plus concurrentiel ou encore nouer des partenariats en ouvrant le SI, grâce à une stratégie fondée sur les API par exemple.

À l’inverse, l’absence d’innovation peut conduire à perdre des parts de marché au profit des concurrents, assister à une fuite des talents ou à subir une baisse de l’efficacité des équipes… Des conséquences très pragmatiques qui font de l’innovation un enjeu clé.

 

Un sujet capital aux contours mal définis

Quel est réellement le niveau de maturité des entreprises qui se disent engagées dans des
projets d’Intelligence artificielle ? En réalité, un bon nombre de projets de ce type cachent une réflexion naissante sur le big data. Sur le terrain, il n’est pas rare de se retrouver face à des équipes qui se posent la question de l’utilisation de la donnée : comment en retirer de la valeur, quelle solution pour l’exploiter ?

Des questions encore très éloignées de la mise en œuvre d’un projet d’IA. La réussite de ce type de projet vient de la capacité à identifier les meilleures idées et à les mettre en œuvre. En impliquant l’ensemble de l’organisation, les métiers jouent souvent un rôle d’impulseur de l’innovation. Il est donc primordial d’anticiper la mise en œuvre des solutions envisagées en associant au plus tôt la DSI et les métiers.

 

DSI et métiers : des synergies à développer

 

Quand innovation rime avec collaboration

Le manque de collaboration DSI/Métier apparaît clairement comme le principal obstacle à l’innovation, après les questions de budget. Les projets innovants qui se concrétisent sur le terrain impliquent généralement une équipe transverse issue de différents services prêts à échanger et collaborer.

Quelle que soit la partie prenante qui dirige les opérations, les équipes doivent être prêtes à échanger. Une bonne coopération entre ces deux entités est un facteur de réussite, ce qui confirme l’importance de réunir les équipes dès le début de la réflexion.

 

Le poids de l’opérationnel, un facteur limitant pour l’innovation

Le manque de temps est le premier facteur qui limite la capacité à innover. Les DSI sont trop
souvent focalisées sur leur cœur de métier : mettre à jour un serveur, paramétrer la messagerie d’entreprise, déployer un parc de PC… Le poids quotidien de l’opérationnel, cumulé à un manque de budget, relègue au second plan la veille technologique et les réflexions stratégiques à plus long terme.

De leur côté, les métiers se retrouvent parfois isolés et s’emparent de ces sujets sans réelle méthodologie.

 

Méthodologie de l’Innovation

 

Le passage à l’échelle, essentiel dès la phase de piloteFrederi Mandin

Trop souvent, les projets innovants lancés par les métiers n’aboutissent qu’à des POCS ou des pilotes, car le déploiement industriel de ces projets implique le soutien initial de l’IT.

Comme l’explique Frédéri Mandin, CTO Innovation chez SCC  « Il ne faut pas perdre de vue que 90 % du projet d’innovation se joue sur cette phase d’industrialisation, et non sur la partie exploratoire. Par exemple, si le projet implique de connecter des machines entre elles, il est primordial de penser dès le départ aux problématiques de réseau, ou encore à la réglementation applicable. »

 

Identifier les cas d’usage

Que faut-il entendre par smart building ? Du capteur intelligent pour réguler la température à la gestion des entrées/sorties des visiteurs, les cas d’usage peuvent être nombreux et les apports de terrain ne sont pas toujours clairement identifiables.

Ces cas d’usage sont très orientés métier, et les services informatiques ont du mal à percevoir le ROI. Se faire accompagner par une Business Unit dédiée à l’innovation permet de faire émerger ces cas d’usage et comprendre les bénéfices attendus à court et moyen terme.

 

Réussir son projet innovant

 

L’accompagnement de SCC

SCC a mis en place une structure dédiée à l’innovation, chargée de détecter des solutions techniques innovantes, et de gérer des approches de transformation verticale tous secteurs confondus.

La proposition de SCC a été bâtie autour de plusieurs piliers, comme l’explique Frédéri Mandin : « Le premier pilier, c’est l’écoute des besoins métiers. Nous aidons nos clients à découvrir et analyser leurs besoins. En second, nous leur apportons une vision industrielle liée aux technologies matures. En fonction de leurs besoins, nous répondons de la manière la plus adaptée grâce à notre réseau de partenaires experts. Enfin, nous leur fournissons une méthode personnalisée. Nous ajustons notre méthodologie à leur projet et à leur organisation. »

 

Des ateliers structurants                                                                       

SCC préconise une méthodologie articulée autour d’ateliers impliquant plusieurs métiers et équipes IT. Le simple fait d’organiser des créneaux d’échanges structurés libère des synergies, et dévoile des cas d’usages méconnus.

Frederic CHARRON Frédéric Charron, CTO IoT, SCC France «Les équipes SCC apportent leur expertise, et mettent en place des pilotes afin de déterminer la user story sur laquelle s’appuyer. Il est nécessaire de s’entourer de personnes compétentes (par exemple : bureau d’étude spécialisé en IoT, technologies sans fil, et en connaissance du monde des objets connectés) pour ne pas se retrouver à utiliser une solution sans avenir, totalement fermée, et au final non adaptée à la demande métier et aux conditions opérationnelles.»

Idéalement, réaliser un audit avec un spécialiste permet de comprendre les applications potentielles de ces technologies dans leur contexte spécifique.

 

 

Pour en savoir plus sur le sujet, découvrez notre enquête auprès des décideurs IT, en partenariat avec Le Monde Informatique :

Où en sont les entreprises françaises sur les projets d’innovation et de transformation digitale ?

Big data, IA, outils collaboratifs, IoT, nouvelles infrastructures… Quelles sont les initiatives qui aboutissent et celles qui échouent ? Quelles sont les difficultés rencontrées par les DSI et la place occupée par les métiers dans ces projets innovants ?

 

Télécharger les résultats de l’enquête

NOUS CONTACTER