webleads-tracker

1 min

La cybersécurité en 5 best practices

Face au nombre croissant de devices et de systèmes capables de se connecter aux réseaux et de s’intégrer les uns avec les autres, la cybersécurité est aujourd’hui un enjeu majeur pour les entreprises du monde entier, tous secteurs et toutes tailles confondues.

 

Les cyber-attaques concernent aujourd’hui aussi bien les organisations gouvernementales que les institutions de santé, les banques, les cabinets d’avocat, ou encore les entreprises technologiques. Si le nombre d’incidents de sécurité a globalement diminué entre 2017 et 2018 (-23% selon Verizon), les dépenses des organisations en matière de sécurité ont, quant à elles, considérablement augmenté (+ 12,5% selon Gartner), de même que le volume d’informations personnelles identifiables potentiellement exposées (+126 % selon ITRC).

Renforcer la sécurité de son système d’information consiste aujourd’hui à déployer différentes méthodes et technologies, permettant de réduire les vulnérabilités, d’améliorer la sécurité de son réseau, ou encore de durcir les règles liées à la confidentialité des données, de leur collecte et de leur analyse. En voici quelques-unes :

 

 

1 – Renforcez les conditions d’identification et d’accès à votre système

Premier rempart contre les cyber-attaques, les mots de passe sont encore bien souvent négligés. Pourtant, un mot de passe fort et unique constitue l’une des façons les plus simples d’éviter des intrusions malveillantes. De récentes avancées technologiques permettent aujourd’hui de renforcer la sécurité de vos accès et de réduire la marge de manœuvre de vos utilisateurs.

Si l’authentification biométrique (reconnaissance vocale, faciale, digitale, etc.) en est l’un des exemples les plus pratiques, d’autres technologies contribuent à améliorer la transparence et la fiabilité et la protection des méthodes d’authentification : L’authentification à multi facteurs (MFA), le single sign-on (SSO), mais aussi l’Identity-as-a-Service (IDasS), la Fast Identity Online (FIDO) ou encore les comptes à triple-entrée activés via des blockchains.

 

2 – Cadrez le déploiement et les mises à jour de vos équipements

En matière de gestion des équipements, il est d’abord essentiel de toujours suivre les recommandations des fabricants quant à la façon dont ils doivent être déployés, et de planifier des mises à jour matérielles et logicielles régulières. Ces dernières comprennent en effet des protections supplémentaires contre des menaces existantes ou des vulnérabilités identifiées, et permettent ainsi à votre organisations d’avoir un système plus sûr, plus fiable et plus efficace.

Il faut également que cette gestion se fasse conformément à des directives et des protocoles clairs, établis par votre département IT pour l’ensemble de votre organisation. Par exemple, si votre département IT n’autorise pas les services FTP sur votre réseau, ces fonctionnalités doivent être désactivées. De même qu’il convient de désactiver tout service non utilisé ou non nécessaires, pour réduire le champ d’accès aux devices, et par extension, au réseau tout entier.

Le cas du BYOD, ou plus généralement de la mobilité croissante des employés, doit également être adressé. Des outils de contrôle tels que des solutions de Mobile Application Management (MAM), Mobile Content Management (MCM), Mobile Device Management (MDM) ou encore de conteneurisation, doivent être envisagées dès lors qu’une partie de votre effectif est amenée à travailler à distance. Cela permet de dissocier les données personnelles de vos employés à celles professionnelles et donc d’éviter la non-conformité à des règlementations tel que la GDPR. Par ailleurs certaines actions peuvent être contrôler à distance afin d’éviter la compromission du mobile et le vol ou la perte de données sur celui-ci. Le temps de réaction en cas d’infection est donc très rapide et la protection qui en découle est plus aboutie.

 

3 – Pensez IA et automatisation pour sécuriser votre écosystème

La sécurité de votre écosystème passe par celle de votre réseau et de tout se qu’y connecte. Sécuriser votre réseau consiste à détecter et identifier des comportements inhabituels et à remonter jusqu’à son origine – potentiellement un attaquant. L’intelligence artificielle et le machine learning permettent aujourd’hui de considérablement simplifier et fiabiliser le monitoring des réseaux, en étant capables de passer en revue et d’analyser automatiquement des millions de données et de transactions en temps réel.

Dans une étude récente, 69% des organisations déclaraient que l’IA était aujourd’hui incontournable pour contrer les cyber-attaques, et 75% qu’elle permettait de réagir plus rapidement en cas de faille avérée. L’IA, couplée à de l’automatisation, permet en effet de réaliser des analyses prédictives de données pour détecter plus rapidement des anomalies, et accélérer ainsi le processus de décision et le déclenchement d’une action corrective.

 

4 – Sensibilisez, éduquez, formez vos employés

Quelles que soient les mesures techniques et technologiques prises par votre organisation, elles ne vous protègent pas du comportement parfois risqué des utilisateurs, qui reste la première cause d’incidents. Il est donc essentiel de mettre en œuvre un plan de sensibilisation et de formation à destination de vos employés, pour réduire le risque de négligence ou d’erreurs susceptibles d’exposer votre système tout entier.

Il s’agit d’abord de sensibiliser aux menaces concrètes auxquelles votre entreprise est exposée, à leur impact potentiel sur l’ensemble de l’organisation et au difficile processus de recovery. Chaque utilisateur doit être formé aux bonnes pratiques qui le concernent directement, notamment vis-à-vis de l’usage qu’il fait de ses équipements au sein et en dehors de l’entreprise, et de l’importance de respecter les protocoles et les directives mis en place.

Enfin, il est important d’inclure vos employés dans les discussions, pour vérifier la cohérence de ces procédures avec leurs propres processus et habitudes de travail, pour que la sécurité ne soit pas perçue comme un frein mais à leur activité, mais plutôt comme une opportunité.

 

 

5 – Ne baissez pas la garde !

Rappelons également que la cybersécurité n’est pas un projet ponctuel, c’est un processus continu qui nécessite d’être constamment réévalué, adapté et mis à jour.

Que ce soit dans la gestion des mots de passe, des clés d’authentification, des solutions matérielles et logicielles, des patches correctifs ou des formations internes, la sécurité de votre écosystème dépend de votre capacité à maintenir une protection adéquate, prenant en compte à la fois les menaces existantes et les risques émergents.

NOUS CONTACTER