webleads-tracker

4 min

Des centres de données pour quoi faire ?

L’échange électronique de données est nécessaire pour presque tous les types de transactions commerciales et devient la norme pour nombre de nos interactions personnelles. Même ce qui était autrefois analogique, comme les émissions de télévision et les appels téléphoniques, est aujourd’hui largement diffusé sous forme numérique. Et ce, à un volume bien plus important que jamais auparavant. Cette demande massive de diffusion quasi instantanée d’informations numériques s’accompagne d’un besoin de concentration d’équipements informatiques et de réseaux capables de traiter les demandes et de livrer les marchandises. Les centres de données ont été créés pour répondre à ces nouveaux besoins digitaux.

 

Qu’est-ce qu’un centre de données ?

Les centres de données sont des lieux où sont concentrés des équipements informatiques et de réseau dans le but de collecter, stocker, traiter, distribuer ou permettre l’accès à de grandes quantités de données. Ils existent sous une forme ou une autre depuis l’avènement des ordinateurs. A l’aube de l’informatique un centre de données pouvait être un superordinateur de la taille d’une pièce. À mesure que le matériel est devenu plus petit et moins cher, et que les besoins en traitement de données ont commencé à augmenter de façon exponentielle, des serveurs ont été mis en réseau pour augmenter la puissance de traitement.

Ils sont connectés à des réseaux de communication afin que les utilisateurs puissent y accéder et consulter à distance les informations qu’ils contiennent. Un grand nombre de ces serveurs et leurs équipements connexes peuvent être hébergés dans une pièce, dans un bâtiment entier ou même dans des groupes de bâtiments. Le centre de données d’aujourd’hui est susceptible d’avoir des milliers de serveurs très puissants et très petits fonctionnant 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Ce sont des fermes de serveurs qui fonctionnent en colocalisation

En localisation individuelle ou en groupe

Presque toutes les entreprises et les administrations publiques ont besoin de leur propre centre de données ou d’un accès à celui d’un autre. Certaines les construisent et les entretiennent en interne, d’autres louent des serveurs dans des installations de colocalisation. On peut également parler de mutualisation des ressources du centre de données. Elles peuvent aussi utiliser des services publics dans le nuage chez des hébergeurs spécialisés, notamment chez les géants du numérique.

Une topologie optimisée au maximum

En raison de leur forte concentration de serveurs, souvent empilés dans des racks qui sont placés en rangées, les centres de données sont appelés fermes de serveurs. Cela facilite leur maintenance. Ils fournissent des services importants tels que le stockage des données, la sauvegarde et la récupération, la gestion des données et la mise en réseau. Ces centres peuvent servir à l’hébergement de sites web, à gérer des services de courrier électronique et de messagerie instantanée. Ils fournissent un stockage et des applications sur le cloud et permettent des transactions de commerce électronique depuis n’importe quels points de paiement. Ils font également vivre des communautés de joueurs en ligne.

Les installations se multiplient et leur puissance explose

Les infrastructures des centres de données se sont développées à la fin des années 1990 et au début des années 2000, en conséquence à la généralisation de l’utilisation d’Internet. Les centres de données de certaines grandes entreprises sont répartis sur toute la planète pour assurer l’accès à des quantités massives de data sur le cloud. Il y aurait aujourd’hui plus de 3 millions de centres de données dans le monde. Une étude d’International Data Corporation (IDC) pour EMC a estimé que 1,8 trillions de giga-octets (Go), soit environ 1,8 zettaoctets (Zo), d’informations numériques ont été créés en 2011. La quantité de données en 2012 était d’environ 2,8 Zo et devrait passer à 40 Zo en 2020.

Un modèle qui cherche sa normalisation

La configuration des serveurs, la topologie du réseau et les équipements de soutien peuvent varier considérablement d’un centre de données à l’autre. La configuration du système de centre de données peut avoir une grande influence sur l’efficacité du flux de data. Certains sites peuvent diviser leurs serveurs en groupes par fonctions et d’autres peuvent avoir chacun de leurs serveurs remplissant plusieurs tâches. Il n’existe pas de règles strictes pour classifier un datacenter. Des tentatives de normalisation sont cependant parvenues à définir 4 niveaux d’intégration des datacenters.

– Niveau 1 : L’infrastructure de base ne propose qu’un seul chemin de distribution qui n’a pas de redondance intégrée.

– Niveau 2 : C’est une infrastructure de site redondante avec un seul chemin de distribution qui comprend des composants redondants.

– Niveau 3 : L’infrastructure du site est accessible simultanément et comporte plusieurs voies, dont une seule est active à la fois.

– Niveau 4 : C’est une infrastructure de site à tolérance de pannes avec plusieurs voies de distribution actives pour permettre une grande redondance.

Des enjeux proportionnels à leur utilisation

Donner priorité à la sécurité

Pour les datacenters la sécurité des données est primordiale. Ils traitent un grand nombre d’informations sensibles ou exclusives. Ils doivent être sécurisés à la fois de manière physique et numérique. Ils peuvent être dotés de portails, de portes de sécurité, d’alarmes et de personnel de sécurité. Certaines entreprises ne divulguent pas l’emplacement de leurs centres de données. Lorsque les disques durs tombent en panne et doivent être éliminés, ils peuvent être à la fois effacés et détruits physiquement afin que les bases de données ne tombent pas entre de mauvaises mains. Le réseau nécessite une sécurité des données telle que des pares-feux et bien d’autres méthodes sont utilisées pour empêcher les pirates électroniques d’entrer.

Des conséquences climatiques bien tangibles

On estime que les centres de données aux États-Unis ont consommé 61 milliards de kilowattheures d’électricité en 2006, pour un coût d’environ 4,5 milliards de dollars et 76 milliards de kilowattheures en 2010. Ils représenteraient 1 à 2 % de la consommation mondiale d’électricité dont une bonne partie est utilisée pour la climatisation. Les locaux des centres de données subissent une forte chaleur et leur alimentation nécessite un refroidissement permanent. Certains d’entre eux gaspillent plus de 90 % de l’énergie qu’ils consomment en fonctionnant 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 à pleine charge. Cet impact global n’est pas négligeable puisqu’il serait responsable d’environ 2 % des émissions de CO2 dans le monde.

On aura de plus en plus de mal à s’en passer

Bien que leur usage ne soit pas sans risque, les centres de données sont là pour durer. Il existe toujours une solution à leur consommation électrique intense. Google, par exemple, a placé ses derniers datacenters près de barrages hydroélectriques pour garantir la réduction de leur empreinte carbone. Le besoin d’avoir un accès constant et instantané à l’information, de partager de grandes quantités de données et d’accélérer la transformation numérique nécessitent de créer des centres de données en plus grand nombre. En fait, ce sont eux qui vont rendre possible un avenir de plus en plus connecté.

 

NOUS CONTACTER